SINCERYGUINEE.COM
Vous Informer est notre seul métier

Entre drame de kalinko et grève des enseignants : Le réseau COLPAID  hausse le ton et interpelle….

0

Le réseau Convergence des Jeunes et Leaders pour la Paix et la démocratie ne veut pas rester indiffèrent face à la crise postélectorale et la grève d’un groupe de syndicats des enseignant. C’est dans ce cadre qu’il est monté au créneau à travers une déclaration intitulée ‘’ Je suis kalinko et je suis élève, halte à l’impunité et aux manœuvres politiques’’. C’était ce mardi 13 février 2018.

Le drame de Kalinko survenu au lendemain du scrutin du 4 février, la grève déclenchée par un groupe de syndicats des enseignants sont autant de situations qui préoccupent cette organisation de la société civile guinéenne. Accompagné du Conseil régional des organisations de la société civile de Conakry, le réseau Cojelpaid pointe du doigt accusateur les manœuvres politiques et l’impunité qui prennent de l’ampleur au détriment de la quiétude nationale.

Pour le réseau Cojelpaid, la politique a endeuillé des familles, blessé des guinéens et détruit des biens publics et privés, mais le drame enregistrée à kalinko, est du jamais vu ni entendu en Guinée. pi, les grèves depuis  2017, dans un secteur stratégique comme l’éducation, est aussi du jamais vu ni entendu en Guinée. « Les paisibles populations de kalinko ont été frappées  d’une manière sans précédente dans l’histoire récente de notre pays. Des enfants innocents calcinés, des domiciles et boutiques incendiés par la calamité politique et électorale, sans aucune action républicaine forte et humanitaire entreprise par les autorités administratives et politiques du pays », ont déploré les responsables de ce réseau, tout en qualifiant ce drame d’inhumain, d’abjecte et barbare qui viol tout un pacte historique de vivre ensemble dans la diversité chèrement par les communautés.

D’un autre côté,  le réseau Cojelpaid  déclare que ces grèves à répétition ont enregistré des pertes en vie humaines, de graves violations des droits de l’homme et des destructions biens publics et privés sans qu’aucune solution idoine ne soit trouvée. « Des personnes blessées, humiliée et tuées à la moindre  occasion sans que justice ne soit rendue, est une forme de démission ou de lassitude du gouvernement. Ce climat de désordre affecte dangereusement les valeurs fondatrices de notre nation », ont-ils déclaré.

Face à ces situations, le réseau Cojelpaid, tout en estimant que l’Etat a le devoir régalien d’assurer la  sécurité des populations et leurs biens en tout lieu et en toute circonstance, exige entre autre, le retour aux cours normaux dans les écoles et à la stabilité dans la cité et la prise en charge immédiate en habitations et provisions pour l’ensemble des populations sinistrées de Kalinko. Et dans le même élan, ils interpellent l’Etat a diligenté des actions de soutien moral et matériel aux Kalinkokas pour le rétablissement des relations de cohabitations pacifiques et le traitement équitable de tous les cas de violation de droits de l’homme enregistré et la protection de l’ensemble des populations, surtout  à cette période de tumultes et d’incertitudes. « nous demandons aux acteurs de la société civile d’effectuer des visites de solidarité aux populations sinistrées, des plaidoyers et lobbying en leur faveur, de doubler des efforts pour rapprocher le gouvernement du mouvement syndical en grève, de veiller à l’organisation d’une journée de recueillement national regroupant l’ensemble de l’élite politique et sociale du pays à Kalinko à la mémoire des disparus. Nous demandons au mouvement syndicat en grève de faire preuve de flexibilité lorsque le gouvernement se montre préoccupé pour l’amélioration de leurs conditions de travail et de vie », ont-ils déclaré.

Par ailleurs, le réseau entendre rencontrer le ministre de la citoyenneté et de l’unité nation afin de lui exprimer son soutien par rapport à son initiative d’aller en guerre contre les comportements et propos haineux de l’élite politique guinéenne. Pour le coordinateur de Cojelpaid, cette action du ministre Khalifa Gassama Diaby est salutaire et mérite l’accompagnement de tous les acteurs de la société civile. « Dans les jours qui suivent, nous allons rencontrer le ministre Gassama pour lui exprimer tout notre soutien pour l’encourager de cette entreprise. Ils a besoin de nos encouragements, car ce qu’il est en train de faire est une des missions de la société civile », ajoute, Abdoul Sacko, coordinateur du réseau Cojelpaid.

Diallo Diallo

 

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.