SINCERYGUINEE.COM
Vous Informer est notre seul métier

Prolifération des bouillons sur le marché guinéen : Le réseau CojeLPaiD et APaD-Guinée tirent la sonnette d’alarme

0

Certaines organisations de la société civile guinéenne entendent désormais s’impliquer dans la lutte contre les produits alimentaires impropres à la santé de la population, mais aussi dans la gestion du phénomène Q-net. C’est en tous cas ce que la dynamique composée du réseau Convergence des jeunes et leaders pour la paix et la démocratie (COJELPAID) et l’Association paix et développement en Guinée (APAD-Guinée), ont fait savoir à travers un point de presse animée ce vendredi 30 mars 2018 à la maison de la presse.

Certaines organisations de la société civile guinéenne entendent désormais s’impliquer dans la lutte contre les produits alimentaires impropres à la santé de la population, mais aussi dans la gestion du phénomène Q-net. C’est en tous cas ce que la dynamique composée du réseau Convergence des jeunes et leaders pour la paix et la démocratie (COJELPAID) et l’Association paix et développement en Guinée (APAD-Guinée) ont fait savoir à travers un point de presse animé ce vendredi 30 mars 2018 à la maison de la presse.

La Guinée est confrontée à une prolifération d’une grande quantité de gammes de produits alimentaires qui échappent aux contrôles des services de contrôle de qualité. De Conakry à l’intérieur du pays, les populations en consomment sans se soucier de leurs impactes sanitaires. Une situation qui semble inquiéter ces deux organisations de la société civile guinéenne qui s’engagent ainsi à mener une vaste campagne de lutte contre ces aliments, notamment le cas des bouillons.

Le réseau COJELPAID et l’ONG APAD-Guinée ont également mis cette communication à profit pour se faire voix dans cette controverse situation relative au phénomène Q-net sous le viseur du  Secrétariat Général chargé des services spéciaux de la lutte contre la drogue et le crime organisé du Colonel Moussa Tiegboro Camara.

Le président de l’APad-Guinée, Maki Guissé estime qu’il est illusoire d’ignorer l’envahissement des produits alimentaires sur le  marché qui affectant dangereusement la santé publique des citoyens. « En ce qui concerne les bouillons, la Guinée se retrouve de nos jours assombri par des gammes de bouillons venues de partout dans le monde et même fabriqués localement», s’est-t-il interrogé.

Se basant sur un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Maki Guissé, a en outre indiqué que la consommation incontrôlée serait néfaste pour la santé causant plus de 90% des maladies non transmissibles. Il s’agit entre autre de la faiblesse sexuelle ou la stérilité (homme et femme), des saignements vaginaux, des troubles cardiaques, des troubles urogénitaux, le gonflement de la prostate après 40 ans, la maladie de parkinsons, Le cancer, l’hypo ou hyper tension, la gastrite ainsi que les troubles de comportement chez l’enfant.

De la prolifération des bouillons au phénomène Q-net, la société civile ne veut pas perdre de vue. Le coordinateur du réseau COJELPAID a expliqué les démarches entamées dans ce sens. Abdoul Sacko a indiqué que les enquêtes préliminaires de la société civile auprès de certains promoteurs, services étatiques, citoyens, médias et autres révèlent entre autre que QNET, est rentré en Guinée à travers une Entreprise de Droit guinéen dénommé Africa busness and consulting sous une autorisation de vente accordée par le ministère de la santé à travers la Direction Nationale de la Pharmacie et du Médicament sous les N°588/2017/MS/DNPM.

Par ailleurs, deux témoins se déclarant victime par ce phénomène Q-net ont expliqué leurs mésaventure avant d’inviter les autorités à faire justice.  Elles ont affirmé être enrôlées par leurs proches sans pour autant comprendre trop de détails.

Face à deux problématiques, ces organisations entendent entreprendre une série d’actions menant de des rencontres avec l’ensemble des acteurs concernés aux campagnes de dénonciation jusqu’à se constituer en partie civile. Un combat de longue-à-laine qui est loin d’une partie de plaisir.

Aguibou bell

Leave A Reply

Your email address will not be published.