SINCERYGUINEE.COM
Vous Informer est notre seul métier

Signature du protocole entre gouvernement et SLECG : Tibou Kamara revient sur les démarches

0

Le mardi 14 mars, gouvernement et syndicats des enseignants et chercheurs sont parvenus à un accord qui a permis la suspension de la grève et la reprise des classes. Au cours de son intervention sur l’émissions les ‘’Grandes gueules’’, Tibou Kamara, un des médiateurs de cette crise a expliqué de long en large, les démarches qui ont abouti à la signature de ce accord ainsi que l’implication du Chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé.

Pourquoi c’est maintenant que vous avez signé cet accord?

Tibou Kamara : Je pense qu’il faut se dire que c’est la Guinée qui a gagné. Et lorsque la Guinée sort gagnante, personne n’a perdu. C’est vrais qu’on s’attendait à une issue plus rapide qu’elle n’est intervenu, mais l’essentiel est que cette crise qui a secoué le pays soit derrière nous, à la faveur de cet accord que tous le monde attendait avec impatience, ferveur et espoir.

Il faut dire aussi que le mérite revient au chef de l’Etat qui a accédé à cette requête des syndicats des enseignants qui était essentiel par la plateforme qui est soumise au gouvernement. C’est grâce à l’implication personnelle du Président de la République qui a été réaffirmé au cours de cette négociation de faire face aux revendications exprimées par les guinéens que nous avons abouti à ce résultat.  Il faut le remercier et le féliciter.

Finalement au bout du compte, quel était le tournant de ce match de négociation entre gouvernement et syndicats ?

Le tournant du match c’est l’implication personnelle du chef de l’Etat dans ces négociations. C’est sa préoccupation face à l’avenir de cette jeunesse comme il l’a toujours dit dans son discours à la nation. Vous savez, nécessité fait loi. C’est vrai que beaucoup estiment que la solution est intervenue tardivement. Mais elle est intervenue tardivement, par ce qu’il fallait faire beaucoup d’arbitrages. Il fallait identifier les différents postes où l’on aurait pu avoir les ressources nécessaire pour faire face à ces différentes revendications dont les place sur le budget est cas-même considérable. Donc il a fallu du temps et un processus de discutions interne et externe  pour franchir les difficultés l’une après l’autre pour parvenir aux résultats heureux.

Je pense que si on avait la solution dès le départ, en tant qu’homme  responsable et patriote, et surtout comme le Chef de l’Etat l’a encore dit, sa vocation est de trouver les solutions aux problèmes qui se posent au pays. On ne peut se payer le luxe d’une crise ou d’y perdurer si on avait une solution immédiate à la veille. Il a fallut vraiment cogiter, mais il a fallu son engagement, sa détermination et son exhortation au quotidien pour que chacun multiplie les efforts et fasse preuve d’ingéniosité pour   essayer de trouver une solution à cette crise comme les guinéens l’avaient souhaité.

Donc à mon avis, ce n’est pas le moment de distribuer des points ou de jeter le discrédit aux autres. Le plus important comme je l’ai dit, c’est la Guinée qui gagne. Par ce qu’aujourd’hui le sentiment de soulagement qui anime la population et aussi la fierté pour ceux qui ont œuvré à ce processus, explique en grand parti, le climat de décrispation que le pays vit aujourd’hui grâce à l’implication de chacun et de tous. Donc c’est l’aboutissement des efforts collectif, mais aussi de tous les sacrifices des héros anonymes  et connu. Il n’y a pas eut un seul guinéen qui n’a pas été préoccupé par cette crise. Et il n’yen n’a pas un seul qui n’ait pas œuvré pour sa résolution. Je pense qu’aucun de nous ne travail pour sa gloire ou sa vanité personnel. Nous travaillons tous pour que le pays soit stable et l’histoire reconnaitre à chacun ce qu’il a pu apporter au moment venu.

Peut-on dire qu’on assiste à la naissance d’un Président nouveau ?

D’abord le chef de l’état est à l’écoute de chacun et de tous. Et quant il en est ainsi, Il est toujours difficile de prendre une décision. Par ce que vous êtes soumis à beaucoup d’avis, de recommandation et de propositions. Et généralement chacun pense avoir raison. Quant c’est ainsi, il lui faut beaucoup de recul et de discernements pour essayer d’aller dans le sens de ce qu’on pourrait appelé la majorité silencieuse comme il l’a indiqué.

Donc le processus de décision d’un Chef d’Etat n’est pas toujours aisé.  Tu es confronté à beaucoup d’avis de collaborateur, de ministres et de conseillers, voir même du citoyen. C’est un homme comme tout le monde soumis à beaucoup d’ordres et de conseils. Il lui est parfois difficile de savoir de quel côté aller et quelle est la bonne décision à prendre. Mais  le plus important est qu’il finisse ce que chacun attend de lui, comme ce qu’il a fait hier. C’est-à-dire contribuer à apaiser nos  populations, à assurer la stabilité de notre Etat et ses institutions, et surtout, montrer qu’il est à l’écoute de son peuple. Par ce que finalement c’est ce peuple qui s’est exprimé pour lui demander de trouver une solution au delà de ce qui était même impossible. Et je pense qu’il a du mérite d’avoir compris cela et aujourd’hui c’est tout à son honneur de contribuer à la paix société.

Quelles sont les garanties que vous avez pour respecter ces engagements ?

La première garantie la plus importante, c’est la parole du Chef de l’Etat en qui nous avons entièrement confiance.  A propos de cela, il ne faut pas confondre les engagements personnels du chef de l’Etat. Et parfois nous sommes amenés à prendre des engagements et des décisions dont il n’est pas forcement au courant. Je pense de ce point de vue, il y a un gros malentendu parfois.

Propos transcrits par Diallo Diallo

Leave A Reply

Your email address will not be published.